Association Familiale d'Hoop ASBL. menu

logo de l'Association Familiale d'Hoop

nos rubriques 

Notre famille et nos racines :

Notre association :

Nos membres :

Liens externes

Retour à la page d'accueil

racines














Pillage de l'hotel de François-Dominique d'Hoop

Ce fut dans cette soirée qu'une populace furieuse se rua sur l'hôtel situé au coin de la rue de Bruges et de la rue du Bélier, habité par François-Dominique d'Hoop, alors conseiller-pensionnaire et actuaire des Etats de Flandre. Sa maison fut pillée, son mobilier, sa bibliothèque, ses archives de famille, tout fut détruit, dispersé, livré aux flammes. (Voir Réclamations Belgique - Imp. Des nations - XVe volume, p. 145 - relation officielle de la prise de Gand, par G.B.A. Schellekens, greffier du Comite général des Pays-Bas, du 25 novembre 1789.)

Un document reposant aux archives de l’Etat, à Gand (attestation du 23 novembre 1789, donné par le magistrat de Bruxelles ; inventaire n° 5559), constate qu'à la date de ce fait, François-Dominique d'Hoop habitait l’hôtel précité avec sa femme, cinq enfants et quatre domestiques, et que les dépens à payer du chef de ce pillage par la commune à M. d'Hoop s'élevèrent a 25,500 florins courant de Brabant.

Un certificat délivré a Vienne, le 7 mai 1811, par le Conseiller d'Etat, ancien Président du Grand-Conseil à Malines, Le Clerc, atteste "que, comme conseiller pensionnaire et grand actuaire de Flandre, place d'autant plus importante, que celui qui en était pourvu, était pour ainsi dire l’âme de toute l’administration de la province, M. d'Hoop a rendu des services essentiels au gouvernement général..." - D'un autre côté nous extrayons d'un certificat, date de la même ville, du 20 juin 1814 et signé Albert, archiduc de Saxe-Tesschen, ce qui suit:

"Nous soussignés certifions par la présente que feu François-Dominique d'Hoop (suivent les qualités) a rendu, pendant le temps que nous tenions le gouvernement général des Pays-Bas en nos mains, les secours les plus essentiels et les plus distingués a l’Etat ; qu'il a déployé une fidélité et un dévouement constant et désintéresse envers son souverain, et que, pour cette raison même, il s'est attire pendant l'insurrection Belgique, de la part de ses compatriotes, des persécutions de tout genre..."