Association Familiale d'Hoop ASBL. menu

logo de l'Association Familiale d'Hoop

nos rubriques 

Notre famille et nos racines :

Notre association :

Nos membres :

Liens externes

Retour à la page d'accueil

accueil














1813-1855 –le Père François Xavier d'Hoop, S.J.

Note : Le Père François-Xavier S.J. fait partie
de la branche des d'Hoop dite "de Meulebeke"
qu'on n'est pas parvenu à connecter à la nôtre

Le P. François Xavier d'Hoop (1), de la Compagnie de Jésus, est décédé en Amérique. Né à Meulebeke, dans le diocèse de Bruges, en Belgique, le 4 Janvier 1813, il fit avec succès ses études au collège de Thielt, dans la Flandre occidentale, et se rendit ensuite au collège de Turnhout, fondé par le vénérable De Nef, dont le nom seul est un éloge. Dans cette pépinière de missionnaires, qui a fourni tant de dignes prêtres et tant d'excellents sujets au pays, le Père François-Xavier d'Hoop, à l'exemple d'un grand nombre d'autres qui l'y avaient précédé, prit la généreuse résolution de se dévouer aux missions américaines et d'embrasser la vie religieuse. Au mois de septembre 1837, il quitta sa patrie et s'embarqua pour les États-Unis, avec quatre compagnons. Le 21 novembre de la même année, il entra au noviciat des Jésuites à Saint-Stanislas, au Missouri. Après les deux années de probation, il fut envoyé, en qualité de sous-préfet, à l'université de Saint-Louis et s'appliqua à acquérir la connaissance des langues les plus en usage dans le pays, surtout l'anglais, l'allemand, le français et l'espagnol.

« Je viens remplir un devoir auprès de votre Révérence, écrit le P. De Smet, à la demande bien spéciale d'un de vos anciens disciples, le P. François-Xavier d'Hoop. Je ne m’attendais pas, lors de mon arrivée à Louisville, que j'allais assister à ses derniers moments. Vous vous rappellerez qu'il faisait partie de la petite bande que je conduisis en Amérique en 1837.

Le P. François-Xavier d'Hoop est mort jeune et beaucoup regretté de tous ceux qui ont eu le bonheur de le connaître. Il a fait beaucoup dans sa courte vie, et ce malheureux pays perd en lui un fervent et zélé missionnaire. Il laisse dans la douleur un grand nombre d'enfants en Jésus-Christ, de protestants convertis à la foi, de brebis égarées qu'il a rappelées et ramenées au bercail du bon Pasteur. Ces fidèles continueront tous, j'ose l'espérer, à bénir la mémoire chérie de leur père; et lui, du haut du ciel, intercédera pour qu'ils persévèrent dans la foi...

Comme vous connaissez la famille du P. François-Xavier d'Hoop, et que j'ai des preuves de votre grande charité, j'ai pris la liberté de m'adresser à vous, pour vous prier de leur communiquer la nouvelle de sa mort. Les détails que je donne dans la petite notice qui suit, contribueront à consoler leur douleur.»

Il fut envoyé ensuite au collège de Saint-Charles, au Grand Coteau, dans l'État de la Louisiane, où il enseigna, pendant plusieurs années, la rhétorique et la physique avec, beaucoup de succès. Il. fut ordonné prêtre par Mgr. Blanc, archevêque de la Nouvelle-Orléans le 29 août 1845. Depuis cette époque jusqu'à sa morte il a rempli fidèlement et en bon religieux, soit dans les colléges, soit dans les missions et résidences, toutes les charges qui lui étaient confiées par ses supérieurs. Les villes de Saint-Louis, de Cincinnati, de Chillicothe, de Bardstown et de Louisville, ont été successivement témoins de son zèle et de ses travaux. Quoique souffrant depuis plusieurs années d'un mal douloureux dans les deux jambes, il acquittait toujours fidèlement des devoirs de sa charge, et son zèle parut même s'augmenter avec ses souffrances.

Le P. François-Xavier d'Hoop s'attirait tous les cœurs par sa simplicité religieuse, par sa charité et son zèle.

Il contracta la maladie qui nous l'a enlevé, en revenant d'une mission donnée à Madison, capitale de l'État d'Indiana. Rempli de confiance dans le Seigneur et donnant des preuves d'une entière soumission à la volonté divine, il rendit sa belle âme à son Créateur, à Louisville, dans l'État de Kentucky, le 23 mars 1855.

Le lendemain, fut célébrée à la cathédrale une messe solennelle, à laquelle Mgr. l'évêque et la plupart des membres du clergé dé la ville assistèrent. Sa Grandeur officiait elle-même aux obsèques, et fit, avec son éloquence ordinaire, l'éloge du défunt. Sa dépouille morelle a été inhumée au cimetière du collége de Saint-Joseph à Bardstown.

M. l'abbé du Pontawis, grand vicaire et curé de Madison, nous a écrit une lettre fort consolante. J'ai appris, dit-il, le décès du R. P. François-Xavier d'Hoop, au moment où je me revêtais des habits sacerdotaux pour célébrer la sainte messe, le dimanche de la Passion. - J'ai oublié mon texte; votre lettre avait pris sa place. J'ai parlé sur sa mort. - Mais je crains de n'avoir pas édifié autant que je l'aurais dû; car ma voix était entrecoupée de sanglots. - J'ajouterai que tout mon nombreux auditoire était en pleurs.

« Au saint autel, je me rappelais les heureux moments de sa présence. - C'est ici qu’il avait célébré; - c'est dans la chaire de vérité que ses paroles si éloquentes et si édifiantes ont été entendues ; paroles qui ont converti tant de pécheurs, donné la tranquillité et la paix à tant d'âmes jusqu'alors dans le trouble, arraché tant de larmes de joie et de bonheur. Mon coeur s'échappait, pour ainsi dire, par mes yeux.

Je n'oublierai jamais les instants qu'il a passés avec moi dans ma maison. J'entends encore les paroles consolantes et si remplies de sagesse que ses lèvres prononcèrent. Comme homme de Dieu et comme savant, on trouvait en lui un trésor inépuisable de connaissance variées et étendues. Ah! l'idée de sa mort commençait à m'accabler quand je pensais que c'est à moi qu'il a donné les derniers jours de sa vie active! Mais après un moment de réflexion, la joie a succédé à ma douleur.

-Le Père était mûr pour le ciel, et c'est dans ma paroisse qu'il est venu faire son dernier effort pour obtenir la couronne immortelle, et c'est mon peuple qui a reçu ses, derniers adieux!!! A genoux au pied du maître-autel, il prononça les paroles de la consécration aux Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, pour le pasteur et pour son troupeau, etc. »

1 Cette notice est tirée d'une lettre que le P. De Smet a eu la complaisance d’adresser au P. Vanderhofsladt, du collège de Tournai, et datée de Louisville, au Kentucky, le 29 mars 1855.

Source : site internet reproduisant un livre publié par Pierre-Jean De Smet, S.J. (1801 - 1873) ~Voyage dans le Grand-Désert publié en 1853  (http://users.skynet.be/pater.de.smet/index.htm)